Le « No sugar » est un mouvement très en vogue depuis quelques temps, il permettrait de soulager tous les maux, de perdre du poids et d’être en meilleure santé.

Bref, mauvais temps pour le sucre qui est accusé d’être aussi addictif que certaines drogues dures.

Alors, info ou intox ?

Notre diététicienne Lise Lafaurie, auteur du blog Les Frites Vertes, vous répond :

Tout d’abord, il est légitime de se demander de quel(s) sucre(s) il s’agit, puisqu’il n’y a pas un sucre mais un grand nombre de sucres, dont les effets et la structure sont différents les uns des autres.

Dans le régime « No sugar », tous les aliments apportants plus de 15g de sucre aux 100g sont prohibés (confiture, miel, sirop d’érable, fruits secs …) et tous les produits qui contiennent du sucre ou un ingrédient qui se termine en -ose (glucose, saccharose, fructose, dextrose ou maltose). Terminés également les fruits très sucrés : raisin, cerises, banane …

En revanche, on conserve les céréales complètes (riz complet, pâtes complètes) et les légumineuses.

Qu’en est-il réellement ?

Si les produits sucrés (miel, confiture, bonbons, biscuits, sucreries, pâtes de fruit, sirop d’érable etc…) sont ce qu’on appelle des calories « vides » (presque dépourvues de qualités nutritionnelles), dont la consommation en excès peut être à l’origine d’un surpoids et de problèmes de santé (diabète, triglycéride…), il ne faut en revanche pas mettre tous les sucres dans le même panier.

Le côté addictif de certains sucres vient de la rapidité qu’ils ont à faire monter le taux de sucre dans le sang : plus un sucre est rapidement assimilé, plus il provoque une sécrétion d’insuline importante à l’origine d’une nouvelle envie de sucre. C’est le fameux cercle vicieux du sucre qui appelle le sucre.

Mais ce n’est pas le cas de tous les sucres, puisque certains d’entre eux ne font pas monter rapidement la glycémie et ne provoquent pas de pics d’insuline.

C’est la notion d’index glycémique qui est importante, et non pas la notion de sucre.

Il n’est par exemple pas justifié de bannir les figues (qui font pourtant partie des fruits les plus sucrés) ni les abricots secs, qui ont un index glycémique très bas et qui se comportent donc comme des glucides lents.

De la même façon, les pâtes blanches al-dente ont un index glycémique aussi bas que le riz complet, il n’y a donc aucune raison de le radier de vos menus.

L’idée est que le taux de sucre dans le sang soit le plus stable possible, pour que l’insuline ne joue pas non plus aux montagnes russes !

Pourtant …

…Le régime No Sugar n’est pas dénué de bon sens, puisqu’il implique la suppression de nombreux aliments transformés du commerce (sauces, plats préparés, pain de mie, sucreries…) et de la mal bouffe en règle générale, au profit des aliments complets, frais et non transformés.

L’idéal réside comme bien souvent dans un compromis raisonnable, qui évite les interdits, prône les aliments non transformés et limite les excès quels qu’ils soient.

Envoyer une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *